La littérature du début du XXe au milieu du XXe siècle: Le surréalisme


Temps de lecture estimé : 4 minutes _ 

Ami.e.s De Lire bonjour,

Bienvenue dans notre série de l'été intitulée Une exploration de l'histoire fascinante de la littérature française.

Après avoir vu la littérature française de la fin du XIXe siècle marquée par le symbolisme,  aujourd'hui, je vais vous parler du mouvement artistique caractéristique du début du XXe au milieu du XXe siècle : le surréalisme.

Le surréalisme est un mouvement poétique et artistique qui vise à libérer la création de toute contrainte et de toute logique, en utilisant l’absurde et l’irrationnel.

Les surréalistes voulaient libérer l'imagination, l'inconscient, le rêve et la folie, en créant des œuvres qui défiaient la logique, la morale et les conventions. 

Le surréalisme est un courant qui nous invite à explorer les profondeurs de notre esprit, à dépasser les limites du réel, à exprimer nos désirs les plus secrets et à nous émerveiller devant la beauté du hasard et de l'absurde.

Un peu d'histoire 

Le surréalisme est né après la Première Guerre mondiale, en réaction au rationalisme et au matérialisme qui dominaient la société. 

Images : Champs de bataille, avions allemands, chars, soldats avec masque à gaz, navire de guerre de la première guerre mondiale *

Il est fondé par André Breton, qui le définit comme un « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée ». 

Le surréalisme s’inspire des œuvres du symbolisme, et se révolte contre les valeurs reçues de la société. 

Le surréalisme a eu une influence considérable sur la littérature française, en remettant en cause les conventions littéraires et en explorant de nouvelles formes d’expression. 

Le surréalisme a aussi favorisé la création de genres nouveaux, comme le roman fantastique, le conte philosophique, le récit autobiographique ou le théâtre de l’absurde. 

En utilisant des procédés comme l’écriture automatique, le collage, le rêve, l’inconscient et le hasard pour créer des images surprenantes et novatrices, le surréalisme a largement contribué à renouveler la langue poétique.

Le meilleur exemple de jeu surréaliste : Le cadavre exquis 

Image : Cadavre exquis par André Breton, Jacques Hérold, Wifredo Lam, 1940

Le cadavre exquis est un jeu graphique ou d'écriture collectif inventé par les surréalistes, en particulier Jacques Prévert et Yves Tanguy, vers 1925. 

Le jeu consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes. 

Le nom du jeu vient de la première phrase qui fut créée par ce procédé : 

« Le cadavre – exquis – boira – le vin – nouveau. »

Le cadavre exquis était une activité ludique pour les surréalistes, qui cherchaient à explorer les ressources de l'inconscient et à créer quelque chose qui n'était pas possible par le travail d'un seul esprit. 

Parmi les participants au jeu, on trouve des artistes comme André Breton, Max Ernst, Frida Kahlo, Joan Miró, Man Ray, Pablo Neruda et Salvador Dalí.

Tableau : La persistance de la mémoire par Salvador Dali, 1931


Tableau : Autoportrait avec un petit singe (et Monsieur Xolotl) par Frida Khalo,1945.

Le cadavre exquis est toujours pratiqué aujourd'hui comme un jeu créatif et poétique. 

Le top 6 De Lire Délire des écrivains surréalistes**

En littérature française, parmi les principaux représentants du surréalisme, on peut citer : 

Appolinaire (1880-1918)

Apollinaire en septembre 1911*

Guillaume Apollinaire n’était pas un surréaliste au sens strict du terme, c’est-à-dire qu’il n’a pas adhéré au mouvement fondé par André Breton en 1924. 

Il est mort en 1918, avant la naissance officielle du surréalisme.

Cependant, Guillaume Apollinaire a été une source d’inspiration majeure pour le surréalisme, par son œuvre poétique et artistique, qui a ouvert la voie à l’exploration de l’imaginaire, du rêve, de l’inconscient et du hasard. 

Il a créé des poèmes qui mêlent le merveilleux et le réalisme, l’amour et la guerre, l’humour et la mélancolie. 

Il a inventé le terme de « surréalisme » en 1917, pour qualifier le drame Les Mamelles de Tirésias, qu’il a écrit et mis en scène. 

Il a aussi introduit le terme de « calligramme » pour désigner ses poèmes visuels, qui dessinent des formes avec les mots. 

Il a collaboré avec de nombreux artistes plasticiens, comme Picasso, Braque, Delaunay ou Chagall. 

Il a publié des recueils de poèmes comme Alcools (1913), Calligrammes (1918) ou Le Bestiaire (1911). 

Il a aussi écrit des romans, des nouvelles, des essais et des critiques d’art. 

Guillaume Apollinaire est considéré comme l’un des précurseurs du surréalisme et l’un des plus grands poètes français du XXe siècle. 

André Breton (1896-1966)

André Breton photographié par Henri Manuel, 1927*

André Breton était un poète et écrivain français, considéré comme le chef de file du surréalisme, un mouvement artistique et littéraire qui cherchait à exprimer le fonctionnement réel de la pensée, en dehors de toute contrainte logique ou morale. 

Il a été influencé par la poésie de Baudelaire, Rimbaud, Valéry et Apollinaire, et par la psychanalyse de Freud. 

Il a fondé la revue Littérature en 1919 avec Philippe Soupault et Louis Aragon, puis la revue La Révolution surréaliste en 1924. Il a publié la même année le premier Manifeste du surréalisme, qui définit le surréalisme comme un « automatisme psychique pur ». 

Il a écrit des œuvres poétiques, romanesques et théoriques, comme Les Champs magnétiques (1919), Nadja (1928), Les Vases communicants (1932), L’Amour fou (1937), Anthologie de l’humour noir (1940-1950) ou Le Surréalisme et la peinture (1928-1965). 

Il a collaboré avec de nombreux artistes plasticiens, comme Dali, Magritte, Ernst, Man Ray ou Buñuel. 

Il a aussi été engagé politiquement, en adhérant au Parti communiste français en 1927, puis en se rapprochant de Trotski en 1938. 

Il a été exilé à New York pendant la Seconde Guerre mondiale, où il a rencontré d’autres surréalistes. 

Il est revenu en France en 1946 et a continué à défendre le surréalisme jusqu’à sa mort. 

André Breton est une figure majeure de l’art et de la littérature du XXe siècle.

Paul Éluard (1895-1952)


Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

Paul Éluard était un poète français qui a participé aux mouvements dadaïste et surréaliste au début du XXe siècle.

Il est considéré comme l’un des fondateurs du surréalisme, avec André Breton, Louis Aragon, Philippe Soupault et d’autres. 

Son œuvre surréaliste se caractérise par la recherche d’une expression libre et spontanée de la pensée, en utilisant l’écriture automatique, le collage, le rêve, l’inconscient et le hasard. 

Il a écrit des poèmes qui célèbrent l’amour, la liberté, la résistance et la paix, en utilisant des images insolites, des métaphores audacieuses, des jeux de mots et des néologismes. 

Parmi ses œuvres surréalistes les plus connues, on peut citer Capitale de la douleur (1926) et Poésie et vérité (1942). 

Louis Aragon (1897-1982)


Louis Aragon était un poète et écrivain français, membre influent du mouvement surréaliste au XXe siècle.

Sa poésie était marquée par une forte charge émotionnelle et une réflexion profonde sur l’amour et l’existence humaine, ainsi que par un engagement politique en faveur de la justice sociale. 

Aragon a joué un rôle actif dans la résistance contre l’occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, et a fondé le Comité national des écrivains avec sa femme Elsa Triolet, qui fut sa principale muse. 

Parmi ses œuvres surréalistes les plus connues, on peut citer Le Paysan de Paris (1926), un récit poétique inspiré par les lieux insolites de la capitale, Les Aventures de Télémaque (1922), un roman fantastique qui mêle mythologie et satire politique.

Aragon a également écrit des romans réalistes, comme Aurélien (1944), qui raconte l’histoire d’un amour impossible entre un ancien combattant et une jeune femme mariée, ou encore Les Communistes (1949-1951), qui retrace le parcours de militants communistes pendant la guerre. 

Aragon a été salué comme l’un des plus grands poètes français du XXe siècle, et ses vers ont été mis en musique par des chanteurs comme Léo Ferré ou Jean Ferrat.

Robert Desnos (1900-1945)

Robert Desnos était un poète français qui a participé au mouvement surréaliste dans les années 1920 et 1930. 

Il était connu pour sa capacité à entrer en transe et à produire des textes spontanés et originaux, en utilisant l’écriture automatique, le rêve, l’inconscient et le hasard. 

Il a collaboré avec d’autres surréalistes, comme André Breton, Paul Éluard, Louis Aragon, Benjamin Péret, Max Ernst ou Man Ray. 

Il a publié des recueils de poèmes comme Rrose Sélavy (1922-1923), Corps et biens (1930) et La Liberté ou l’amour ! (1927). 

Il a aussi écrit des textes sur l’art, le cinéma ou la musique, ainsi que des scénarios de films. 

Il a été exclu du groupe surréaliste par Breton en 1929, à cause de ses divergences politiques et de son refus du dogmatisme. 

Il a continué à écrire des poèmes qui mêlent le merveilleux et le réalisme, l’amour et la révolte, l’humour et la gravité. 

Il s’est engagé dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, et a été arrêté et déporté par les nazis. Il est mort du typhus au camp de concentration de Theresienstadt en 1945. 

Robert Desnos est considéré comme l’un des plus grands poètes surréalistes et français du XXe siècle. 

Jacques Prévert (1900-1977)

La vie n’a pas d’âge

La vraie jeunesse ne s’use pas

On a beau l’appeler souvenir,

On a beau dire qu’elle disparaît,

On a beau dire et vouloir dire que tout s’en va,

Tout ce qui est vrai reste là.

Quand la vérité est laide,

C’est une bien fâcheuse histoire.

Quand la vérité est belle, rien ne ternit son miroir.

Les gens très âgés remontent en enfance

Et leur coeur bat là où il n’y a pas d’autrefois.

Jacques Prévert était un poète, scénariste et artiste français qui a été associé au mouvement surréaliste dans les années 1920 et 1930. 

Il a participé à des activités et des publications surréalistes, comme le jeu du cadavre exquis, Littérature, La Révolution surréaliste et Le Surréalisme au service de la révolution. 

Il a fréquenté des personnalités comme André Breton, Louis Aragon, Marcel Duhamel, Raymond Queneau et Yves Tanguy.

Cependant, Prévert n'était pas un surréaliste orthodoxe. Il refusait de se soumettre aux règles et aux dogmes imposés par Breton, le chef du mouvement. Il critiquait son autoritarisme, son sectarisme et son élitisme. 

Il se moquait aussi de ses prétentions à la révolution politique et sociale.

Prévert préférait une liberté totale d'expression, sans contraintes ni engagements. Il rompit avec le groupe surréaliste en 1929, après une dispute avec Breton.

Prévert garda néanmoins une influence surréaliste dans son œuvre. Il utilisait des images insolites, des associations libres, des jeux de mots, des collages et des détournements pour créer des poèmes qui mêlaient l'humour, la tendresse, la révolte et la critique sociale. 

Il s'inspirait de la vie quotidienne, de l'amour, de la nature, de la guerre, de la mort et de l'enfance. 

Ses poèmes étaient accessibles à tous les publics et touchaient par leur simplicité et leur émotion. 

Ses recueils les plus célèbres sont Paroles (1946), Spectacle (1951) et Fatras (1966).

Le cas Marcel Aymé (1902-1967)


À l'instar d'Apollinaire, Marcel Aymé n’était pas un surréaliste au sens strict du terme non plus, dans la mesure où il n’a pas adhéré au mouvement fondé par André Breton en 1924.

Il a même critiqué le surréalisme dans certains de ses articles, comme « Le Surréalisme et la littérature » (1933) ou « Le Surréalisme et la politique » (1936), où il dénonce le dogmatisme et l’utopisme des surréalistes.

Cependant, Marcel Aymé a été influencé par le surréalisme dans son œuvre, notamment dans ses nouvelles et ses contes, où il mêle le merveilleux et le réalisme du quotidien. 

Il crée des situations fantastiques, où les personnages sont confrontés à des phénomènes inexplicables, comme le fait de passer à travers les murs (Le Passe-muraille), de changer de sexe (Le Nain), de se réincarner en animal (La Poule), ou de voir apparaître des personnages imaginaires (Le Proverbe). 

Il utilise aussi l’humour noir, l’absurde et le grotesque pour dénoncer les travers de la société, comme la bêtise, l’hypocrisie, la cupidité ou la cruauté. 

Il s’inspire parfois des rêves, des mythes ou des légendes pour créer des univers poétiques et originaux. 

Il a été salué par certains surréalistes, comme Paul Éluard, qui a préfacé son recueil Le Vin de Paris (1947), ou André Breton, qui l’a cité dans son Anthologie de l’humour noir (1940) et qui l’a défendu lors du procès de Violette Nozière en 1934.

On peut donc dire que Marcel Aymé a été un écrivain proche du surréalisme, sans en être un membre officiel. 

Il a partagé avec les surréalistes le goût du merveilleux, de l’imaginaire, de la liberté et de la révolte, mais il a gardé sa propre originalité et son indépendance.

Il a su créer une œuvre riche et variée, qui a marqué la littérature française du XXe siècle.

Ce qu'il faut retenir 

Le surréalisme a permis de libérer l’imagination, de valoriser le rêve, l’inconscient, le hasard, l’humour noir, le merveilleux et l’érotisme. 

Le surréalisme a touché tous les domaines artistiques du XXe siècle : la poésie, le roman, le théâtre, le cinéma, la peinture, la sculpture, la photographie. 

De plus, le surréalisme a eu une influence considérable sur la littérature mondiale, en inspirant des auteurs comme Jorge Luis Borges, Julio Cortázar, Gabriel García Márquez, Milan Kundera, etc. 

Enfin, le surréalisme a inspiré de nombreux écrivains existentialistes, comme  Boris Vian, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Jean Genet, Eugène Ionesco ou encore Georges Perec ; ce que nous verrons prochainement au cours de notre Exploration de l'histoire fascinante de la littérature française.

Le mot de la fin 

**Je précise que tous les classements sont non exhaustifs et purement subjectifs signés De Lire Délire.

Dans tous les cas, j'espère que ce billet vous a donné envie de vous replonger dans la littérature française du surréalisme.

Rendez-vous jeudi prochain pour notre neuvième et dernier épisode sur l'existentialisme.

D'ici là, n'hésitez pas à me laisser vos commentaires ou vos questions, je me ferai un plaisir d'y répondre en temps réel.

Littérairement vôtre,

Aïkà 

*Images Wikipédia et Éditeur 

Commentaires

Youtube De Lire... Délire!

Pinterest De Lire... Délire !

Formulaire de contact. Votre adresse de messagerie ne sera ni publiée ni transmise à un tiers.

Nom

E-mail *

Message *

Vous aimerez aussi :